Jordan Bardella confirme qu’il conduira la liste du Rassemblement national aux élections européennes de 2024

Le président du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, a confirmé dimanche 3 septembre auprès du Figaro qu’il serait « naturellement » tête de liste de son parti aux élections européennes de juin 2024. « Comme député européen sortant et chef de parti, je conduirai naturellement la liste du Rassemblement national », a déclaré M. Bardella, qui voit dans ce scrutin « l’unique occasion pour les Français de sanctionner le gouvernement et de préparer l’après-Emmanuel Macron » avant 2027.

La décision du président du RN, qui était arrivé en tête du scrutin de 2019 avec 23,34 % des voix, devant la majorité macroniste (22,42 %), ne faisait guère de doute. Il en explique les ressorts par la « répartition des rôles » avec Marine Le Pen, évoquant « un duo complémentaire ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En position de force en France, le Rassemblement national est affaibli en Europe

« Aujourd’hui, il est de ma responsabilité, alors que Marine Le Pen préside notre groupe à l’Assemblée nationale, de mener cette bataille qui sera à la fois nationale et européenne et de faire en sorte que le Rassemblement national remporte ces élections européennes. C’est la dernière marche qui nous sépare du pouvoir », a-t-il estimé dans son entretien au Figaro.

Pas de représentant dans le camp présidentiel

M. Bardella, qui va prochainement fêter ses 28 ans, se pose en candidat des « partisans de la puissance » de la France, « face aux forces du renoncement qui vont de Jean-Luc Mélenchon à Emmanuel Macron ». Il compte ainsi rassembler « tous ceux qui pensent que la France est encore une grande nation avec une identité millénaire, une culture, un génie, des frontières et une prospérité à conquérir », explique-t-il.

« Il y a incontestablement de ces patriotes chez les déçus de [Les Républicains], peut-être chez les déçus d’Eric Zemmour, et évidemment, bien au-delà des clivages partisans. Il y a aussi de ces patriotes à gauche », veut encore croire l’eurodéputé.

« La France a été dépossédée de tout ce qui forgeait sa capacité d’action et ce goût pour la grandeur, ce goût pour la puissance, ce goût à la fois pour le passé, pour le présent et pour l’avenir est partagé au-delà des frontières du Rassemblement national », plaide encore M. Bardella.

Parmi les principales forces politiques, Europe Ecologie-Les Verts avec Marie Toussaint et le Parti Communiste avec Léon Deffontaines ont d’ores et déjà choisi leurs têtes de liste pour le scrutin de début juin 2024. En revanche, la majorité macroniste n’a pas encore fait formellement son choix, et, à gauche, les discussions continuent de s’enliser avec La France insoumise, qui milite pour une liste commune.

Synthèse : Article réservé à nos abonnés Elections européennes : « L’arrière-plan, c’est la présidentielle »

Le Monde avec AFP